Tanya Marcuse - Sous-vêtements & Armure

Paris, hiver 2022 - La Galerie Miranda présente, pour la première fois en France, la fascinante série de photographies Sous-vêtements et Armure de l'artiste new yorkaise Tanya Marcuse (née 1964), réalisée en 2002-3 avec le soutien d'une bourse du Guggenheim.

17 novembre 2022 - 18 février 2023

Structurée comme une typologie classique, la série se décline en tirages pigmentaires à la fois précis et sensuels. La série complète fut initialement exposée en Irlande du Nord à la galerie Belfast Exposed, puis à l'ICP de New York dans le cadre du triennale Dress Codes ainsi qu'au Museum of the Fashion Institute of Technology (New York), dans l'exposition Love and War. L'éditeur Nazraeli a publié la série dans un coffret de 3 tomes accompagné d'un essai de Valerie Steele, chief curator et acting director du Museum at the Fashion Institute of Technology.

J'ai parcouru des archives et des musées des États-Unis et de l'Angleterre à la recherche de sous- vêtements, d'armures et d'autres objets vestimentaires insolites qui dormaient sur les étagères des réserves comme des plastrons, casques, corsets, tournures, mannequins et patrons. Les objets les plus anciens datent du 14ème siècle et aucun n'est plus récent que 1900, ce qui voudrait exclure toute trace de corps vivant. Je perçois ces habits et ces armures comme autant de sculptures corporelles qui vivent après la mort du corps, gardant sa forme, comme une carapace. Ces habits intimes ont à la fois decoré, protégé et contraint le corps. Les photographier, c'est les transformer en objets culturels et artistiques, vidés des corps qu'ils ont auparavant revetus, revelant un rapport entre sculpture, corps, présence et absence, qui m'intéresse depuis longue date.
Les photographies révèlent de fortes oppositions visuelles et fonctionnelles entre les sous vetements et les armures - male/femelle, dur/doux, exterieur/intérieur, armé/vulnerable - mais cette lecture est trop simple et de nombreux paradoxes nous intriguent: où la tournure ressemble à une création industrielle, le plastron est delicatement décoré. Au 14e siècle, le mot corset faisait référence surtout à un plastron porté par un soldat. Les sous-vetements féminins ne sont pas toujours séduisants, au contraire, ils peuvent etre lourds, assexuels, sans présence sensuel ou corporel; en revanche, l'armure masculine dégage souvent une forte sexualité, à la fois superbe et cruelle. Dans les deux cas de figure, les habits transforment le corps. Les sous-vetements serrent et moulent le corps pour qu'il rentre dans les vetements extérieurs; l'armure protège la chair mortelle, tout en transformant celui qui le porte en machine de guerre 

Tanya Marcuse

Biographie de l'artiste

Tanya Marcuse (née 1964) a commencé la photographie au cours de ses études au Bard College. Après des études de Beaux Arts à l'Université d'Oberlin, elle obtient le Master de Beaux Arts de Yale. Ses œuvres figurent notamment dans des collections des Metropolitan Museum of Art, San Francisco Museum of Modern Art et George Eastman Museum. Lauréate en 2002 d'un prix Guggenheim pour son projet Undergarments & Armor, elle lance en 2005 un vaste projet sur 14 ans, intitulé Fruitless | Fallen | Woven, inspiré par le récit biblique de la chute du paradis. Elle a publié plusieurs monographies, notamment Undergarments and Armor (Nazraeli Press, 2005), Wax Bodies (Nazraeli Press, 2012), Fruitless | Fallen | Woven (Radius Press, 2019) et INK (Fall Line Press, 2021). Tanya Marcuse enseigne la photographie au Bard College, New York.

Tanya Marcuse - communiqué de presse (4 téléchargements)