Chuck Kelton : L'alchimie du paysage
11/02 - 01/05/2021

visite virtuelle de l'exposition

La Galerie Miranda est heureuse de présenter une exposition personnelle d'œuvres de l'artiste américain Chuck Kelton (né en 1952).

Son titre, l'Alchimie du paysage fournit une clé de compréhension sur les œuvres : utilisant de la chimie photographique, souvent du 19e siècle, l'artiste manipule et écrit sur du papier photosensible pour créer des œuvres abstraites et sensibles qui rappellent des canyons, des montagnes, des océans et des forets. Toutes ses œuvres sont uniques.
Chuck Kelton travaille hors de la chambre noire, passant des mois à faire des esquisses et à concevoir chaque œuvre. Maître imprimeur, Kelton est également un collectionneur passionné de photographies, de manuels pratiques et d'équipements de la photographie du 19è siècle. Une partie de son matériel et de ses techniques tels la chlorure d'or et le sélénium, sont utilisés dans sa pratique artistique en même temps que la chimie photographique classique, afin de révéler une palette de couleurs chaudes sur des papiers argentiques photosensibles traditionnels.

Kelton décrit son approche comme de la calligraphie avec la chimie et il croise différentes techniques, notamment le photogramme – crée en exposant du papier photosensible à la lumière, ou écrire avec de la lumière et le chimigramme , crée en exposant du papier photo sensible au révélateur et au fixateur, ou écrire avec la chimie. Il plie souvent le papier en deux - acte interdit dans la photographie - créant ainsi une rupture visuelle entre les deux parties de la feuille, rupture qui devient pour le spectateur une ligne d'horizon qui organise une profondeur de champs de l'image.
Le travail de Chuck Kelton peut évoquer la peinture à l'huile, l'aquarelle, le dessin à la craie ou au fusain. Ses cieux luminescents font référence aux toiles de Turner, de Constable, aux photographies de Gustave le Gray. Une série récente de son travail s'intitule Point de vue, pas depuis une fenêtre, faisant référence à̀ce que l'on appelle la première photographie de l'histoire soit la photographie Point de vu de Gras de Nicéphore Nièpce prise en 1827 à Saint Loup de Varennes. Cette première exposition française de Chuck Kelton a lieu à la Galerie Miranda à Paris, qui se trouve à 100 mètres du site du Diorama de Louis Daguerre, détruit en 1839 par un incendie. Un clin d'œil à l'histoire de la photographie. Chuck Kelton nous entraine dans un univers romantique et anxiogène. Ses paysages sont délicats et très composes mais également le fruit d'improvisation et d'erreurs dans leur développement, une tension qui se ressent dans ses œuvres chargées et intemporelles :
"Je cherche des images spectaculaires, des choses que je n'ai pas vuesjusqu'à présent, des images qui font référence à la photographie mais aussi à un tas d'autres choses historiques et visuelles. Je cherche un moment où le chaos nargue l'harmonie apparente, un moment où nous nous sentons en paix et menacés. Je cherche à créer un dialogue visuel entre forces opposées : le rationnel et l'irrationnel, la croyance et la non-croyance, quelque chose à la fois connue et inconnue."  Chuck Kelton, cité dans l'interview parue dans LensCulture, 2016
Maitre imprimeur depuis plus de 35 ans, Chuck Kelton a collaboré avec les grands photographes de notre époque Danny Lyon, Saul Leiter, Helen Levitt, Mary Ellen Mark, Larry Clark et Lillian Bassman. Son œuvre personnelle a figuré dans de nombreuses expositions et publications et elle est rentrée dans les collections permanentes des musées le Museum of Fine Arts Boston; la Bibliothèque Nationale de France; le Norton Museum of Art, West Palm Beach, Florida; l’International Center of Photography, New York; et le New York Public Library. En 2020, le Getty Museum de Los Angeles a acquis quelques-unes de ses œuvres. L'artiste vit et travaille à̀ Jersey City, NJ. Le Berman Museum, Pennsylvania, présente actuellement une exposition monographique majeure de son travail.

C_KELTON_Prolongation.pdf (26 téléchargements)